Control(e)

Les avancées technologiques des dernières décennies permettent aujourd’hui d’imaginer des récits fictionnels qui s’appuient sur des faits qui ne se sont pas produits dans la réalité mais qui sont envisageables techniquement. Les implants cérébraux sont aujourd’hui utilisés à des fins thérapeutiques pour bloquer les crises d’épilepsie ou atténuer les symptômes de la maladie de Parkinson. Rien n’empêche une personne isolée de s’implanter une puce dans le cerveau pour améliorer sa mémoire ou mieux contrôler ses émotions. C’est le point de départ de l’histoire de Roger qui définit le projet Control(e).

Control(e) est l’histoire de Roger, un homme qui préfère la compagnie des machines à celle des humains. Les machines ont un comportement logique qui n’offre ni surprise, ni déception. Leur programmation permet un contrôle total de leurs actions. Les relations sociales de Roger se résument à une bande de geeks avec qui il partage méthodes de programmation et sentiment de perdition quand ils sont confrontés au monde réel. Selon Roger, les humains sont condamnés à s’enfermer dans la quête d’un bonheur inaccessible car impossible à définir. Alors, pourquoi continuer à participer à cette fable ? Le salut de l’homme ne peut venir que par une transformation en machine. Une fois cette évidence énoncée à son esprit, Roger n’a d’autre choix que de tester sa théorie sur lui-même en se greffant un implant au cerveau afin de prendre le Control(e).